Archives de Catégorie: Uncategorized

Illustration d’anniversaire


Audrey Bave devant un menhir

Audrey Bave devant un menhir

Fait le samedi soir, couché à une heure du mat :P

Pour une copine férue de géologie (cailloutologie pour les intimes), j’ai pondu ça la veille. une demi-heure de dessin… 2h30 de colorisation, c’est looooOOoooong ! Mais elle était ravie (enfin je crois, en tout cas elle n’a pas osé montrer si elle ne l’était pas).

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Un petit strip en bonus

strip pour le concours sur frandroid

En réponse à un concours sur le site frandroid, j’ai réalisé rapidement un petit strip. Certes, ça me met en retard pour celui que j’ai en préparation, mais ça m’entraîne :P

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, toute critique est la bienvenue, du moment qu’elle est constructive :)

Et surtout, n’hésitez pas à aller voter sur frandroid à compter de la date de clôture de dépôt des strips (23 décembre  au soir jusqu’au 25) pour ceux que j’aurais éventuellement postés !

Graphistement vôtre,

R@fel

2 Commentaires

Classé dans Strip, Uncategorized

Test d’une nouvelle façon de travailler

En ce moment je teste une nouvelle façon de travailler, avec ma nouvelle tablette graphique, une wacom cintiq 12 WX.

Voici les différentes étapes, du croquis au dessin final, d’un des personnages du strip en préparation. Merci à toi, Thomas, de m’avoir conseillé cet outil, que j’ai un peu de mal à prendre en main, mais qui saura j’en suis sûr m’apprivoiser très bientôt :-)

Construction d'un dessin

D’abord, un crayonné très grossier, automatiquement rendu en bleu, puis les couches utiles : d’abord les lignes, et dans un second temps les couleurs (ici, cheveux et barbe). Enfin, plus qu’à exporter le dessin, le crayonné bleu n’étant pas inclus. Pour la petite histoire, le crayonné bleu a pour vocation, sur les supports papier, de ne pas passer sur le scan, ce qui permet aux auteurs de bande dessinées de travailler sur la planche finale de façon grossière avant de peaufiner sans avoir pour autant à gommer leurs crayonnés de base, et croyez-moi, c’est vraiment utile d’avoir son esquisse comme guide de dessin. Et puis personnellement, je trouve que les dessins avec l’esquisse en légère transparence derrière donne une certaine profondeur au dessin, pas vous ?

Artistiquement vôtre, R@fel.

1 commentaire

Classé dans Strip, Uncategorized

Hakone

En matinée, on s'arrête déjeuner dans un parc

En matinée, on s'arrête déjeuner dans un parc

L’expédition à Hakone s’étale sur 2 jours. Le matin, nous rencontrons notre accompagnatrice, Yuko. Elle a vécu 8 ans en France, donc a un bon français, mais il s’agit de sa première expérience d’accompagnatrice.

Soufrirères du mon Owakudani

Soufrirères du mon Owakudani

Nous prenons d’abord le train. Le trajet est long, et on en passe une majeure partie debout… Du coup c’est avec plaisir qu’on prend une pause déjeuner dans un parc charmant, vert, d’où l’on peut voir les montagnes environnantes. Plus particulièrement, on peut voir une montagne sur laquelle apparaît un kanji géant !

Kanji géant sur le flanc de la montagne

Kanji géant sur le flanc de la montagne

Nous reprenons la route par le funiculaire et enfin des télécabines pour nous rendre au Mont Owakudani. Sa particularité ?

Source thermale en plein air

Source thermale en plein air

Des soufrières, responsables à la fois des nombreuses sources thermales de la région, mais aussi des oeufs noirs, spécialités régionales. Selon la légende, en manger un allonge l’espérance de vie de 7 ans.

A part ça, la coquille est vraiment noire, c’est bluffant. Quant au goût, hé bien…Le souffre a déjà l’odeur d’oeuf, du coup, c’est un oeuf qui a un goût d’oeuf encore plus prononcé, mais rien de plus.

Nous rentrons finalement à l’hôtel. Luxueux, belle vue, et source thermale en plein air…C’est un régal !

Le dîner est typique, mais bien plus à notre goût que celui de Miyajima, sans doute parce qu’il y a moins de gelées.

Bateau sur le Lac Ashi

Bateau sur le Lac Ashi

Le lendemain, nous avons la ballade sur le lac, dans un paquebot que l’on croirait sorti tout droit des films d’aventures des pirates, corsaires et autres du genre.

On en profite pour se ballader dans les environs. Plus tôt dans la matinée, nous visitions des postes douaniers de l’ère d’Edo. Peu intéressant, mais instructif. J’ai juste retenu qu’à l’époque il y avait des douanes frontalières internes au japon, chaque seigneur avait son domaine et ses frontières, pour éviter que les brigands ne passent d’un sous-royaume à un autre. Bien sûr cela servait d’excuse également pour se servir au passage des vivres ou de collecter des taxes…

Kendokas

Kendokas

Finalement notre marche nous entraîne du côté d’un temple et surtout d’un centre de Kendo, ou se déroule la finale d’un tournoi junior.

Ils ont beau être petits, ils sont hargneux les bougres ! Chaque attaque ou parade est l’occasion de crier. J’ignore si c’est pour déconcentrer l’adversaire ou se galvaniser, mais pour sûr ils y mettent du coeur, ça fait plaisir à voir. Et vu la foule, c’est vraiment populaire.

Pyramide humaine devant le tori du lac Ashi

Pyramide humaine devant le tori du lac Ashi

Ensuite, avant de rentrer, nous longeons les rives du lac jusqu’ à un tori géant qui me fait beaucoup penser à celui de Myiajima.

On ne peut s’empêcher de s’y photographier avec le reste du groupe.

Ensuite, l’après-midi tirant sur sa fin, nous rentrons à Tokyo après avoir fait nos adieux à notre joyeuse Yuko. Il nous reste 2 jours avant de rentrer en France à ce moment là. Prochain article sur notre dernier jour de visite (vu que le surlendemain est destiné à dormir, acheter un yukata pour le paternel et laver la chambre, plier bagage) à la tour de Tokyo et l’île artificielle d’Odaiba !

Photo de groupe, lac Ashi

Photo de groupe, lac Ashi

Poster un commentaire

Classé dans Hakone, japon, Uncategorized

Ballade autour du Mont Fuji

Panorama depuis le lac

Panorama depuis le lac

En deux mots : pas terrible. Tout d’abord le trajet, horriblement long. plus de 2 heures à l’aller et presque 3 au retour à cause des bouchons. Nous avons eu l’impression avec Wilhem de faire les touristes industriels. On monte au sommet du mont Kachi-Kachi pour prendre les photos du Mon Fuji en Téléphérique et poum on redescend aussi sec sous la pluie, on file sur le lac pour avoir une vue différente du Mon Fuji, le bateau fait un ptit tour, pis on rentre…

Panorama depuis le lac

Panorama depuis le lac

Ha oui, j’oubliais la précision, sinon c’est moins marrant pour vous : j’ai parlé de pluie, vous imaginez bien qu’il n’y a pas de pluie sans nuages ;) et les nuages, ça gâche un peu la vue du Mont Fuji…Bref on l’a pas vu. Tout juste entre-aperçu parfois sur le chemin du retour dans le bus, mais aucune photo valable à partager.

Le lapin démonte le raton-laveur, Vengeance !

Le lapin démonte le raton-laveur, Vengeance !

Bon, après ce petit coup de gueule, je remets ma casquette d’optimiste pour vous narrer les quelques bons moments de la journée. L’histoire du Mont Kachi Kachi est marrante. En fait tout au long de l’ascension on peut voir des statues d’un lapin et d’un raton laveur, trop mignonnes les statues. Mais le conte qui va avec relève plus du happy tree friends… « Un couple de retraités avait recueilli un brave lièvre et le nourrissaient avec amour. Un jour, un raton-laveur se pointe, et mange la ration du lièvre. Le grand-père, furieux, l’attache au plafond par une corde pour le punir. La grand-mère, trop gentille, et sitôt son mari le dos tourné, détache l’animal. Ce dernier a la vengeance amère, et pour jouer en mauvais tour au vieil homme, tue celle qui vient de le délivrer et fait une soupe dans laquelle il plonge la grand-mère, de laquelle il prend l’apparence (dans la légende japonaise le raton-laveur possède en effet cette faculté). Lorsque le vieil homme rentre, il boit la soupe, et le raton-laveur, reprenant sa forme, lui fait savoir qu’il vient de déguster sa défunte épouse. Le lièvre décide alors de s’occuper du raton laveur et le pourchasse, lui faisant subir des mauvais tours, plus vilains les uns que les autres, enflammant le bois que le raton porte sur le dos avec des silex. Au final le lièvre fait un radeau, le raton veut le copier, mais fait un radeau en terre glaise et non en bois comme le lièvre, et finit noyé, son radeau détruit par les flots impétueux de la rivière. »

Ballade sur le lac

Ballade sur le lac

Du coup partout dans les locaux, téléphériques, etc, on trouve des statues du lièvre et du raton-laveur aux moments phares du conte. Les toilettes des filles ont la statue du raton-laveur suspendu au plafond, ligoté.

Au sommet, face au mont Fuji, une armature métallique en forme de coeur supporte un cloche. Lorsqu’un couple vient la sonner en faisant un voeu, la légende veut que celui-ci se réalise. Les japonaises célibataires viennent aussi y souhaiter la venue prochaine de leur Roméo. Bref, un romantisme à la japonaise je suppose ^^

Enfin l’onsen était sympa. En extérieur, de surcroit, c’est donc toujours agréable. l’eau était bien chaude, bref. Mais il me tarde d’en visiter un vraiment naturel, bien qu’il paraisse que ce soit encore plus chaud !

Onsen

Onsen

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized