Arashiyama

Littéralement, Arashi : tempête, et Yama : montagne, autrement dit, la montagne de la tempête. Tadashi nous fait lever aux aurores et c’est parti, la journée sera dense, car le soir nous avons un hôtel réservé sur l’île de Miyajima. Bref, au programme de la journée, visite du Otagi Nenbutsu-Ji temple, Ghi-ohji temple, Jojakko-Ji temple et Tenryu-Ji temple…ça en fait !

Statues, Otagi Nenbutsu-Ji temple

Statues, Otagi Nenbutsu-Ji temple

Le premier temple est rempli de statues naines. Ces statues n’ont pas été réalisées de la main de professionnels mais d’habitants du quartier de l’époque.

Dos de statue, Otagi Nenbutsu-Ji temple

Dos de statue, Otagi Nenbutsu-Ji temple

Chacune porte sur son dos la signature de son créateur. Une curiosité de plus qui fait le charme de ce pays.

En outre le temple possède la statue d’une divinité de la sagesse, qu’il est d’usage d’aller visiter pour un japonais à l’âge de 13 ans, une sorte de rite de passage à l’âge responsable.

Divinité de la sagesse, Otagi Nenbutsu-Ji temple

Divinité de la sagesse, Otagi Nenbutsu-Ji temple

Nous enchaînons avec la visite d’un magasin spécialisé dans la confection de sculptures à base de cocons de soie. Sacré Tadashi, il est aimé partout, à chaque jour sa surprise. Nous sommes reçus comme des rois, on nous sert le thé, des biscuits…Malheureusement les sculptures sont trop fragiles et encombrantes pour que j’en prenne, même si celles en forme de dragon sont plutot réussies. J’apprend qu’un cocon de soie, une fois déroulé, permet d’obtenir un fil de plus d’un kilomètre de long… Et qu’il faut pas moins de 9000 cocons pour faire un seul kimono de femme aux manches longues !

Ghi-ohji temple

Ghi-ohji temple

Le Ghi-Ohji temple possède lui aussi une histoire, contée par Tadashi. Une femme, du nom de Ghi-oh, était mariée à un homme influent de la haute société, danseuse hors-pair en kimono blanc.

Forêt de Bambou

Forêt de Bambou

Un jour, une femme plus jeune se présenta à leur porte et leur demanda le gîte. Le mari refusa sèchement, mais Ghi-oh, prise de pitié pour cette belle femme, décida de la faire entrer. Plus tard, le mari se rendit compte que la nouvelle venue était plus jeune, dansait encore mieux dans sa jeunesse, et fit d’elle son épouse et chassa Ghi-Oh. Cette dernière vint se retrancher dans ce temple en ermite. Peu de temps après, vint frapper à sa porte sa remplaçante, prise de remords et sincère. Elle l’accueillit une fois de plus et elle vécurent dans ce temple, ensemble et devinrent soeurs.

Ensuite, rien de très passionant, nous avons marché au sein de la fameuse forêt de bambou. C’est impressionnant, haut, vert, et blindés de moustiques voraces…

Tenryu-Ji temple

Tenryu-Ji temple

L’après-midi, sous un soleil paré à faire cuir des oeufs sur nos têtes, nous avons fini les visites rapidement pour ne pas être en retard au bateau.

Les deux derniers temples n’ont pas d’histoires aussi pittoresques que les précédents mais sont jolies tout de même, alors voici en vrac quelques photos des panoramas assez sympas que l’on peut y trouver :)

Désolé du retard pour l’article, mais les journées à Kyoto furent éprouvantes dans la chaleur et dans le temps…

A priori je rattrape mon retard d’ici demain, bonne lecture et merci de suivre nos aventures zen ;)

Quelles couleurs de végétation au Tenryu-Ji temple

Quelles couleurs de végétation au Tenryu-Ji temple

Jojakko-Ji temple

Jojakko-Ji temple

Poster un commentaire

Classé dans Arashiyama

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s